Notre volonté de voir d’autres horizons comportait de nombreux problèmes, dont le transport.

Nous avons d’abord envisagé l’option de notre camion aménagé dans lequel nous vivons. Il est super mais faire le tour du monde avec entraînerai beaucoup de contraintes, et de frais.

Premier problème, c’est un camion, et il n’y a que Pierre qui ait le permis C, c’est trop imposant à conduire pour moi. Ensuite, il y a le gros problème de l’essence, celui des douanes et péages, les mauvaises routes et certains pays à passer, les entretiens à faire et les extras qui peuvent survenir, sans oublier qu’il faudra à un moment prendre un ferry. D’autres le font, mais les frais vont avec la taille de l’engin. Nous ne pensons pas avoir de grosses rentrées d’argent et notre budget étant limité, nous avons écarté cette option.

Il y avait aussi la solution du sac à dos. Ca ne nous tentait pas trop mais nous avons quand même évalué la possibilité. Le problème, c’est qu’on avait cette impression de temporaire, et que l’on ne souhaitait pas devoir retourner en Belgique au bout d’un moment. Je me trompe surement sur cette expérience, mais quand on ne le sent pas, on ne peut rien y faire.

Est venu un jour sur le tapis l’idée du bateau, d’abord comme une blague, et plus les mois passait, plus cela semblait une bonne idée. L’un des gros avantage est qu’on a notre maison partout avec nous. C’était d’abord Pierre le plus convaincu, moi je réfléchissais à un camping car 4×4, je me disais que l’idée allait bien lui sortir de la tête un jour. Puis une nuit ou je n’arrivais pas à dormir, j’ai commencé à penser budget, essence, temps, papier, blablabla. C’est la ou j’ai pris conscience que le bateau serait parfait, à quelques problèmes près : le budget, et la navigation.

Pierre étant plusieurs mois en avance par rapport à moi, il avait déja fait toutes ses recherches de marques, consulté des centaine de forums et c’était déjà fait une idée de ce qui pourrait nous convenir.

Nous avions déjà une petite préférence pour les catamarans pour une vie au quotidien. Nous avons établis une taille minimum afin de se sentir en sécurité lors des traversées. De plus, il fallait une taille en cabine suffisante pour que Pierre ne soit pas courbé en continu.

En plus de cela, il faut un minimum d’instruments pour que le bateau soit prêt pour le tour (voiles et moteur en bon etat, frigo, sondes, pilote auto,…) pour un budget très limité. Nous ne avions pas de préférence pour le matériel mais quelque chose de facile à réparer serait l idéal.

La recherche a débuté !

Author